Pic du midi

Week-end en Bigorre

Les Pyrénées, ses routes mythiques, ses sommets, son fromage, Andorre, … et le Bigorre. En ce mois de septembre où l’été joue les prolongations, direction le Bigorre pour un week-end. L’occasion de découvrir une nouvelle région de France, non loin du Tarn et du Gers visité il y a quelques mois.

Vous retrouverez dans cet article tous ce qui nous a marqué durant notre séjour ainsi que quelques informations pratiques. Avec en bonus ce que nous aurions aimé faire si nous avions eu plus de temps sur place. Il faut se le dire tout de suite, deux jours sur place c’est un peu trop juste malheureusement.

Les routes Pyrénéennes

Pour tous ceux qui ont déjà suivi le Tour de France (comme nous), Pyrénées rime avec Hautacam, Aspin, Tourmalet, … . En passant par le Bigorre nous nous devions de tester ses cols ou montées mythiques. Avouons le tout de suite, nous n’avons pas été déçus. En partant d’Albi samedi matin à 5h du matin, nous passons par Lannemezan en direction du col d’Aspin. La route se rétrécit, les pourcentages commencent à augmenter, la vue se dégage petite à petit. La vue sur le vallon où se trouve le village d’Aspin est superbe. Personne sur la route, le calme est omniprésent. Une fois au sommet du col, les camping caristes se réveillent, la vue est bien dégagée, le panorama est superbe ! La suite ? Le fameux Tourmalet.

Col d'Aspin
Montée du col d’Aspin

Alors que le col d’Aspin ne dépasse par les 1500m d’altitude, le Tourmalet passe la barre des 2000m, ce qui en montagne est déjà bien différent. Alors oui bien sûr, nous sommes encore loin de certains cols alpins comme le col Agnel que nous avions passé il y a quelques années pour rejoindre l’Italie, mais le Tourmalet est un mythe.

Soyons tout de suite clair, la vue au sommet n’a rien à voir avec celle en haut d’Aspin. Cependant on y sent tout de suite une atmosphère différente, en partie dû aux nombreux cyclistes qui sont heureux de le gravir.

La montée ? Nous l’avons trouvé plus jolie et plus impressionnante qu’Aspin. Avant d’arriver au sommet nous nous sommes arrêté à La Mongie qui est le point de départ du téléphérique pour le Pic du Midi.

Col du Tourmalet
Col du Tourmalet

Le Pic du Midi de Bigorre

Avant toute chose, sachez qu’il est possible d’y monter à pied à partir du col du Tourmalet. Il faut compter entre deux et trois heures de marcher pour la montée. Faute de temps, nous avons opté pour la montée en téléphérique qui est beaucoup plus rapide (15 minutes) et un peu plus onéreuse (45€ par personne).

Généralités

Avec ses 2872 mètres d’altitude, le Pic du Midi de Bigorre est un des sommets les plus connus des Pyrénées. Connu depuis longtemps pour l’étude de l’astronomie, la construction de l’observatoire à commencé au début des années 1870. Après de nombreuses évolutions, le Pic du Midi de Bigorre dans la version que nous avons observé a été ouvert en 2000.

Pic du Midi
Téléphérique du Pic du Midi

L’expérience Pic du Midi

Il est 9h20 quand la billetterie ouvre, quelques personnes attendent déjà, nous prenons des billets couplés avec Pont d’Espagne (lire plus bas) pour 52€ par personne. Neuf heures et trente minutes, nous entrons dans la première cabine du téléphérique qui monte au sommet. L’avantage de la première c’est qu’une fois là haut, vous êtes seuls (plus la quarantaine d’autres personnes), que la lumière peut-être jolie et que c’est souvent le moment où la vue est la plus dégagée.

Nous arrivons au sommet à 9h45 après avoir changé de cabine à mi-chemin (aucune inquiétude, c’est normal). Après quelques brèves explications de l’animateur, nous pouvons profiter pleinement de la vue. Direction le ponton pour des photos puis nous faisons le tour de la plateforme pour apprécier la vue. Nous passons quelques dizaines de minutes à l’intérieur pour principalement voir le film retraçant l’histoire du Pic du Midi.

Pic du Midi
Avancée dans le vide

Il est prévu que l’animateur nous fasse un topo des sommets environnants à 10h45 puis sur l’histoire du pic du Midi à 11h45. Ses deux interventions sont très très bonnes. Nous le sentons passionné par ce qu’il nous raconte, qu’il maitrise son sujet et qu’en plus il ajoute une note personnelle à tout cela. C’est vraiment un moment très agréable.

Midi passé, la fermeture de la remontée approche, nous nous dirigeons vers la gare pour repartir avec la dernière cabine. Il n’y en n’a pas de 12h40 à 14h.

Pic du Midi
Attention au vertige

Le Cirque de Gavarnie

Un des sites (sinon le site) le plus connu des Pyrénées. En passant par le Bigorre, nous nous devions d’aller le voir de nos propres yeux. Après être descendu du Pic du Midi, nous passons le Tourmalet en direction de Gavarnie. La route pour y accéder est agréable et nous arrivons rapidement au village de Gavarnie où nous trouvons facilement une place (contre 5€ tout de même) afin de partir à pied pour le cirque.

Généralités

Inscrit au Patrimoine mondial depuis 1997, le cirque de Gavarnie est un cirque naturel de type glaciaire. Au milieu du cirque coule le Gave qui arrive via une superbe cascade haute de 422 mètres. Les sommets qui font le cirque culmine à plus de 300 mètres.

La promenade vers le Cirque

Pour rejoindre le cirque de Gavarnie que nous voyons déjà au loin, nous passons par le village de Gavarnie. Un village touristique mais qui a subit lui aussi le contre coup avec quelques établissements laissés à l’abandon.  La suite de la promenade se fait le long du ruisseau qui est le prolongement de la célèbre cascade.

Nous ne pouvons pas qualifier cela de randonnée, le mot promenade est plus approprié. Il faut compter moins de deux heures pour rejoindre le cirque. Une fois arrivés au restaurant, la vue est superbe sur le cirque de Gavarnie. Nous conseillons d’avancer au moins un peu pour se rendre encore plus compte de la beauté du lieu. Un sentiment d’être dans un milieu clos, un véritable espace confiné.

Il est possible bien évidemment d’aller jusqu’à la cascade, mais parfois il ne faut pas être trop près pour se rendre compte des paysages.

Cirque de gavarnie
Vue imprenable sur le Cirque de gavarnie

Lourdes

Lourdes, une ville mondialement connue, le second lieu de pèlerinage au monde derrière Rome. Soyons direct, que vous soyez croyants d’une religion, athée, agnostique, tout ce que vous voulez, il faut vivre cela une fois si vous passez dans le coin. Venir à Lourdes, c’est voyager loin, très loin.

Tout est particulier, la densité d’hôtel, la hauteur et la beauté des immeubles, le nombre de boutiques de souvenirs, le melting pot, la croyance des pèlerins. Tout est surdimensionné pour un grand village comme Lourdes. Car oui, Lourdes est un grand village, de seulement 7000 âmes.

Lourdes
Lourdes

Nous y avons dormi et nous avons ainsi pu assister à la procession du samedi soir. Les pèlerins se donnent alors rendez-vous autour de la basilique pour faire une courte procession en écoutant les paroles de prêtres et en tenant à la main un cierge en l’honneur de la vierge Marie. C’est littéralement impressionnant.
Le lendemain, nous avons pu brièvement profité de la petite ville ainsi que des lieux de culte avec en point d’orgue le début de la messe qui se tenait dans l’église Pie X, une église souterraine qui est totalement inattendue et qui peut accueillir 25 000 personnes en son sein.

Lourdes est le lieu que nous viendrons visiter plus en longueur, c’est sur !

Messe à Lourdes

Pont d’Espagne

Pour finir notre week-end en Bigorre, direction Pont d’Espagne. Non ce n’est un pont qui relie la France à l’Espagne. C’est un pont remarquable qui se trouvait sur le chemin des muletiers qui souhaitaient rejoindre l’Espagne tout simplement.

Pont d'Espagne

Pour y accéder, il faut payer 7€ pour le parking. Il y a cependant quelques place en aval le long de la route mais elles se comptent sur les doigts des mains. Continuons sur l’aspect pratique, pour le voir il faut marcher 5 minutes aller et autant retour (au maximum). Le parking étant gratuit les 15 premières minutes, il est possible de voir le pont gratuitement mais le timing est alors serré. Le Pont d’Espagne est vraiment un lieu à voir, c’est totalement inattendu, le type de lieu que nous voyons habituellement dans les albums photo ou en poster.

Pour ceux qui ont plus le temps, nous conseillons de monter jusqu’au lac … Pour cela deux solutions. Si vous avez vraiment le temps, vous pouvez y aller à pied (deux heures pour y monter) ou si comme nous vous n’avez pas vraiment le temps, vous prenez la télécabine puis le télésiège (formule incluse dans notre passe pris au Pic du Midi). A partir du télésiège, il faut compter une dizaine de minutes (plutôt à plat) pour rejoindre le lac et profiter de sa superbe couleur.

Lac de Gaube
Vue sur le lac de Gaube

Plus de temps en Bigorre

Un week-end en Bigorre n’est pas toujours suffisant. Si nous avions pu avoir une journée de plus sur place, voici ce que nous avions coché et que nous aurions aimé faire.

  • Passer plus de temps à Lourdes
  • Monter au Pic du Midi à pied
  • Monter au lac de Gaube à pied
  • Le cirque de Troumouse
  • Monter à Hautacam
  • Visiter Tarbes
  • Gravir le col de Peyresourde
  • Faire une randonnée dans la réserve de Néouvielle

No Comments

Leave a Comment

%d blogueurs aiment cette page :